Bienvenue sur le blog de l’Alchimiste des mots
  • Accueil
  • > Des peintres pas tristes !

Des peintres pas tristes !

Fertile Serpent et Achille Parmentier, des peintres pas tristes. 

(Extrait d’Arlette et ses zéants dessinés)    

Je me suis pourtant bien réveillé. Bien vivant dans un lit à l’écart, sans mouches, mais toujours à l’hôpital. L’infirmière Dolita Dindon en 3 D en formes avait le visage marqué au centre d’un comité de personnages en blouses blanches, qui m’observaient comme si j’étais le premier représentant de la planète Mars. Apparemment, ils ne semblaient pas avoir peur de ma contagion. La mine de mon comité ne me laissait pas beaucoup d’espoir sur mon sort. J’allais encore survivre, hélas, pas contaminé. Je n’avais donc pas de chance. Je ne verrai pas cette fameuse petite lumière au fond du tunnel aujourd’hui. 

L’un d’eux, sûrement le chef d’orchestre vu l’air grave et la quantité de stylos sur sa poche à la poitrine, se tenait le menton en torturant une adolescente barbichette. Genre barbe de vizir, pointue, petites lunettes, et l’air plus malade que ses malades. C’est lui qui ouvre la réunion de mes compagnons de la tension. Ordre du jour : contamination. 

— Vous me voyez ? me fait-il assez fort, se penchant si près de moi que je peux sentir son after-chèvre sur sa belle barbichette bien rasée de frais. 

— Non seulement je vous vois, Doc, mais je vous entends et je vous sens, aussi. Dîtes, pépère, vous vous êtes « fait le maillot » ce mâtin ?   

Au centre de mines déconfites, l’infirmière Dindon semble soulagée. L’amoureuse Dindon c’est comme l’amour… ça a des plumes et ça court ! 

— Vous êtes un inconscient ou… un fou. 

— Pas ma faute, Barbi. Allez donc contenir un début de grossesse de force 5 et humide à souhait. La porte était ouverte et je n’ai trouvé que cet endroit pour vider mon seau. Dès le rinçage fini, mon cerveau passait en automatique, j’étais téléguidé par la petite fille sur son lit. 

Il se retourne vers un autre aussi cramoisi que lui. 

— Bon. Check-up, Maurice. 

Devant une tablette en métal, le Momo-blanc nous joue les copilotes d’air gugusse. Ouverture de l’opéra comique. Grand moment. 

— Encéphalogramme : aucun risque de lésion du sub-latéral interhémisphérique… ni du lobe pariétal gauche. Légère augmentation du claquiposéros. 

— Scissure de Sylvius ? 

— Légère contention de niveau trois. Mini dose de dosemini. 

— Risque d’aggravation ? 

— Non. Sauf si le pariétal interfère avec le rachidien supra cochléo-vestibulaire au niveau douze à taux neutre. Avec conséquence de la maladie de « Vazy-mon-Léon ». 

— Humm… repérez le taux de chlingomicroglucose. 

— Fait. Pas de traces de suniborclonés… ni nanocrobes. 

— A induction tripartite ? 

— A peine une légère tension du glossopharyngien. 

— Quel niveau ? 

— B5… coulé. Là c’est moi. Dites Chef ! Lâchez-moi avec votre charabia et dites-moi au moins si je peux sortir de votre cuisine blanche. 

— Nous ne parlions pas de vous, mais du patient Alerte 9. 

— Vous voulez dire : Arlette ? 

Je pensais être le seul extra-terrestre, mais au vu de leurs gueules en miroir déformant,  je constate que j’ai six compagnons de l’attention. 

— En ce qui vous concerne, à part une déviation du nerf optico… 

— A vos souhaits. 

— …en d’autres termes, vous avez reçu un choc qui dévie votre vision oculaire et endors votre subconscient. Ce n’est pas grave. Vous avez besoin d’un peu de repos surveillé. 

Mais du repos, que nenni. Arrive Achille, le patron des peintres sans bas qui ment. Vert de rage, l’Achille bas sur talons. Il constate ma maladie du lit et se retourne vers le Big-chef Vizir Barbi. C’est lui qui reçoit la première couche… 

— Qu’est ce que c’est que ce bordel ? Pouvez m’expliquer ce que mon ouvrier fait ici ? 

— Mais, monsieur, il a été en contact avec un patient contaminé… 

— Il est malade ? Il est contagieux ? Il est blessé ? 

Le docteur fait un tir groupé de « non ». 

— Il peut sortir ? Il peut travailler ? Il peut vivre ? 

Le docteur fait un paquet de « oui ». 

— Alors, bordel ! Habillez-le et rendez-lui ses pinceaux. 

— C’est que… nous devons le garder sous surveillance. 

— Qu’est-ce qu’il a ? Il est contaminé ? Il va mourir ? 

— Non, mais il présente un risque de syndrome « G » d’alerte 2… pas grave, mais si l’alerte passe au 4, l’ouverture du pariétal s’effectuera automatiquement à diversifiance…    

Mon Momo reprend la main. 

— … il aura le nécleospiralitus courbé du lobe gauche avec une inclinaison parientomisiclïdale qui frotte sur le lobe inférieur du spiratoclon, dois-je vous le préciser ?… 

Sourires moqueurs de toute la bande de blancs. Un autre compagnon de la contagion prend le relais, un ténor : 

— C’est le caveau aux songes des réactions extra-moteur concernant les attitudes externes en voie sociétaire… 

— C’est simple ! fait le groupe en chœur. 

Un autre reprend la note. Une reprise parfaite… du Mozart. 

— Au niveau 5 seulement, mais s’il passe d’un niveau il y a risque de blocage visiotemporel et rupture d’anévrisme. 

— Le niveau le plus élevé d’alerte est 10,  le syndrome « G » sera alors à 80% des mouvements psychomoteurs. Même à niveau 2 le risque de développement reste important… 

Barbichette siffle le coup final du docteur opéra. 

— Comme vous pouvez le constater… on doit le garder. 

Le silence qui suit est encore de Vizir et ses barbichettes. Bouche en tunnel du mont blanc, Achille et fertile, figés. On n’entend même pas la mouche voler au final du figaro. C’est normal, si dans une clinique il n’y a pas de mouches, il y a tout de même deux caméléons. Achille est une statue grecque, Fertile une momie tout-en-contagion. Ils se regardent comme deux camés Léons qui voient un con j’ai les nerfs. 

— Ah, ils sont mortels tes amis, Fertile ! Quel récital ! Donne-leur du pécu à tes compagnons de là sont chiants ! 

— Vous êtes lib’ l’ gars, ce soir ? Y’a le bal d’ pompiers à Brie-sur-Yvette. Ça pète, ça pue mais c’est chouette ! Ce carton, mes compagnons. Yvette la reine de la pipette, va vendre de la bière à plus soif, va pas désemplir la buvette. 

— Parait même que dans les toilettes il y a à boire. Ginette, la sœur d’Yvette, l’a fait des trous au-dessus des pissotières. L’a passé le tuyau relié au distributeur de bière et de cacahuètes. Que tu l’mets la tit’pièce, tu manges, tu bois, tu pisses et tu pètes pendant que c’est la fête à Brie-sur-Yvette … 

— Et c’est Huguette, la sœur d’Yvette et de Ginette, qui remplace des tonneaux sur le toit. Tu l’propose une tranche foie et de pâté de tête, t’auras droit au rinçage de la quequette. 

— J’vu même le Robert, le boucher gros et fier, qui traîne la queue par terre, y rester toute la nuit entière les fesses à l’air. 

— Bravo, l’gars, concluent-ils en applaudissant. 

….

 

Commentaires desactivés.